Le style vintage en littérature jeunesse : un attrait qui ne se dément pas !

Alors que le terme « vintage « est de plus en plus appliqué dans le domaine vestimentaire, on serait fortement tenté de l’utiliser en littérature jeunesse tant les rééditions de grands classiques abondent, les reprises d’illustrations et de reliure d’autrefois se multiplient et les auteurs-illustrateurs actuels puisent de l’inspiration dans les traits de crayons de leurs aînés ! Encore faut-il en donner une définition… si c’est possible !!

La littérature vintage est donc non seulement la réédition de grands classiques et la reprise des illustrations d’origine mais aussi la publication d’oeuvres nouvelles selon des techniques anciennes : couverture fortement cartonnée, papier épais jauni, illustrations « vieillies », textes légèrement décalés…

Considérons maintenant le marché du livre jeunesse « ancien » .

Pour nous aider, voici une chronologie non exhaustive

– vers 1850 : La Comtesse de Ségur (Hachette / bibliothèque rose)

– 1924 : Jules Verne (Hachette / bibliothèque verte)

– 1931 : Le Père Castor (Flammarion) et Babar ( paru à partir de 1939 chez Hachette)

– 1949 : Noddy (Oui-Oui), en Angleterre. 1ere traduction française en 1962

– 1954 : Martine (Casterman), le Club des Cinq (Hachette)

– 1955 : Alice (Hachette)

– 1958 : premier tome de la série des Michel (Hachette)…

– 1981 : Ernest et Célestine (ed. Duculot puis Castermann). L’illustratrice, Monique Martin est née en 1924.

Le marché de la réédition est pluriel. Les éditeurs jouent en effet souvent sur trois registres : le texte, les illustrations et la maquette.

Considérons dans un premier temps le texte.

Une réédition du texte intégral, parfois accompagnée d’un glossaire ou de pages documentaires, permettant aux lecteurs de se plonger dans le contexte de l’époque.

– Une reprise de certains passages du texte intégral : une version abrégée

– Une réécriture du texte, qualifiée souvent dadaptation qui permet de proposer l’oeuvre à un lectorat plus large

– Une transposition : réutilisation des héros et des valeurs dans un contexte actuel

Intéressons-nous aux illustrations. Elles illustrent bien la pluralité de ce marché car des illustrations d’origine peuvent être accompagnées d’un texte adapté ou simplifié !

Reproduction « à l’identique » des dessins ou gravures d’origine avec un format identique ou modifié par rapport à l’original.

Modernisation des couvertures et/ou des illustrations

Reprise des personnages pour créer de nouvelles scènes et ainsi accompagner un texte moderne. Des signatures différentes pour ces nouveaux ouvrages.

 D. Dufresne / J.C Gibert

 L.Alloing / collectif

Et pour finir, que devient la maquette d’origine ?

Rares sont les rééditions « à l’identique » : dos en tissu ou en papier doré, tranche dorée, grand format, papier à fort grammage, feuillets cousus… Le prix d’impression est élevé et conduit à des ouvrages onéreux : ils constituent alors de beaux cadeaux !

  Prix de vente : 18,50 €

C’est pourquoi les éditeurs adaptent ces livres « anciens » aux techniques d’impression modernes en publiant de ouvrages souvent à couvertures souples, de petits formats et à prix légers.

  Prix de vente : 2 €

Ce bref aperçu du marché de la réédition montre bien sa complexité mais n’explique en rien l’attrait que suscitent ces « vieux héros » et « ces intrigues d’un autre temps »! Il convient de retracer l’évolution que connaît le livre pour enfant depuis la fin du XIXème à travers les différents auteurs. La comtesse de Ségur accorde une place importante aux jeux : ses héros habillent leurs poupées, se déguisent… et tout cela sous le regard vigilant de leurs parents ou de leur gouvernante. Ce sont de véritables manuels de bonne conduite. Le Père Castor se place dans une optique différente. Il s’appelle Paul Faucher et exerce la profession de libraire. Dès 1915 il se passionne pour la pédagogie nouvelle : il comprend que pour toucher les jeunes enfants, il faut savamment doser le rapport image-texte et que l’histoire ne doit pas être simplement moralisatrice mais doit aussi véhiculer l’amour de la nature et du prochain. Jean de Brunhoff (Babar) fait pour certains l’apologie du colonialisme, mais surtout il bâtit ses récits autour des rites de passage : de l’état de bébé à celui d’enfant puis d’adulte et enfin de roi ; passage de l’état animal à l’état humain. Le lecteur s’identifie aux héros et apprend de lui le sens de la responsabilité et du devoir. Gilbert Delahaye (Martine) évoque, au sortir de la guerre, la soif de vivre d’une petite fille et sa curiosité pour le monde. En la suivant, à la montagne, au cinéma, à l’école…le jeune lecteur découvre l’univers qui l’entoure avec des yeux émerveillés. Et pour finir cette chronologie non exhaustive des mouvements d’écriture en littérature jeunesse, considérons Enid Blyton. Cette enseignante possédait le don de raconter des histoires sorties directement de son imagination. Ainsi le pantin Oui-Oui est-il le héros de récits fantaisistes mais il est, comme son lecteur, curieux, intrépide, parfois inconscient, têtu, drôle et terriblement attachant.

Tous ces textes ont en point commun de  parler de la vie quotidienne de façon intemporelle : la communication entre les protagonistes se fait de visu, sans internet ni téléphone portable, les rapports entre génération sont établis une fois pour toute : un rapport d’autorité bienveillante, une obéissance respectueuse. Il n’y a quasiment jamais de remise en cause des valeurs : la loi doit être respectée, tout comme l’autorité parentale, les horaires sont fixés pour permettre une vie de société harmonieuse… On comprend alors pourquoi, alors que nous vivons une époque de remise en cause perpétuelle des rapports d’autorité et des références morales ou sociales, l’enfant peut souhaiter lire de tels ouvrages. Ils le réconfortent en lui présentant des vies heureuses et animées mais qui ne débordent pas d’un cadre immuable, qui trouve ses racines dans l’histoire de la vie en communauté.

Les livres actuels « vintage »

Quelques lignes sur les récits actuels, édités en « vintage ». Pourquoi revenir à des couvertures cartonnées, imprimées sur du papier à fort grammage et jauni, retrouver des lettrines désuètes, au risque souvent de devoir vendre ces livres quelques euros de plus ? Cette nouvelle ligne éditoriale, présente chez Gallimard Jeunesse, Albin Michel, Gründ, La joie de lire et bien d’autres offrent l’avantage de produire souvent des livres résistants mais plus lourds et plus encombrants.

Pourquoi faire appel à des illustrateurs adeptes  de dessins réalistes et précis, mis en couleur grâce à l’aquarelle ? A vous de répondre en feuilletant des albums publiés à : L’Ecole des Loisirs, Pastel….

Pour conclure, seule une lecture attentive des pages de garde des romans comme des albums, permet de savoir à quel type de « vintage » appartient l’ouvrage.

Les noms de l’auteur et de l’illustrateur, la présence de la mention « tiré de… » ou « adapté de… », la mention de la date de l’édition originale… sont autant d’indices à prendre en compte. Il est aussi instructif de feuilleter rapidement la totalité de l’ouvrage : la présence de points de suspension en fin de chapitre laisse penser que le texte a été abrégé, les renvois en bas de page pour des notes de vocabulaire ou historique induisent que le jeune lecteur est soutenu dans sa lecture du texte original en français « d’époque »…

Publicités
Cet article, publié dans Dossiers, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le style vintage en littérature jeunesse : un attrait qui ne se dément pas !

  1. Montre Rolex dit :

    Wow, Thank you for this blog. Thats all I can say. You most definitely have made this blog into something thats eye opening and important. You clearly know so much about the subject, youve covered so many bases. Great stuff from this part of the internet. Again, thank you for this blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s